Français English 
En cours de chargement... Veuillez attendre quelques instants le chargement complet de la page
X
Démarrer ou arrêter la musique

L'église Saint-Denis de Calès


                                                                                


Elle se situe côté nord de Calès. Traversez le cirque de Calès, sortez par l'enceinte nord, suivez la calade et le chemin sur 800 mètres.
Construite vers 1150 sur l'emplacement d'un lieu de culte ou de sépulture plus anciens (assises du VIe siècle découvertes lors de sondages en 1996), elle appartenait au chapitre de Notre-Dame- des-Doms d'Avignon - bulle du pape Adrien IV (24.04.1155) -  et se nommait Saint-Marcellin.
Bel ensemble roman, elle ne comprenait alors qu'une nef centrale couverte d'un toit de tuiles romanes et une abside semi-circulaire.

Restaurée à la fin du XVe  par la famille  De Roux de Lamanon, elle fut alors surélevée et recouverte d'un toit de lauzes. Elle fut aussi agrandie par la construction, au nord, d'une petite chapelle gothique dédiée à Saint-Denis. Par extension, l'ensemble de l'édifice sera désormais appelé  "l'église Saint-Denis".
Elle a été la première église paroissiale de la ommune.
D'autres restaurations se dérouleront aux XVIIIe et XIXe siècles et de 1989 à 1999.

Pour éviter la confusion avec l'église Saint-Denis située au centre du village de Lamanon, puisque Saint-Denis est le patron de notre village, nous la nommons : église Saint-Denis de Calès.







L'église est protégée et respectée jusqu'à la dernière guerre. Elle subit alors de nombreux actes de vandalisme, les sépultures sont profanées, l'autel saccagé, des pierres et des dalles emportées, le sol fouillé.

Trois campagnes de restauration étalées sur 10 ans (de 1989 à 1999) réalisées par l'entreprise A. GIRARD d'Aix-en-Provence permettent de sauvegarder ce joyau architectural et culturel (coût : 93 000 €). En 1989 : l'extérieur ; en 1996 : l'intérieur ; en 1999 : coulage d'une dalle en béton maigre, pose de grilles, reconstitution de l'autel...
En 1996, lors de sondages réalisés après les travaux, découverte de nombreux objets, dont un peigne en os du VIe siècle, exposés au musée de Calès.
Cette église demeure le seul élément intact de l'occupation médiévale de Calès.

L'association Calès-St-Denis l'a aménagée : bancs, panneaux d'informations, et organise une fois par an un concert gratuit au mois de mai. Elle l'ouvre au public le premier dimanche des mois d'avril, mai et juin et à l'occasion des journées européennes du patrimoine, renseignement : 06.76.51.76.22.








Dès le IXe siècle, Bède le Vénérable, en Angleterre, décrit les cadrans solaires canoniaux utilisés dans les monastères pour appeler les moines à la prière et au travail.
Du XIe au XVe siècle, en France ces cadrans sont partout dans les abbayes, les chapitres cathédraux et leurs dépendances, les collégiales. Ils sont gravés en général sur le mur sud des églises.

À l'église Saint-Denis de Calès, trois cadrans sont répertoriés. Le fait qu'il y en ait plusieurs sur une même église indique simplement qu'ils ne sont pas contemporains : ils s'étagent dans le temps. Les lignes horaires extrêmes indiquent 6 h du matin à gauche et 6 h du soir à droite. Les heures intermédiaires sont indiquées suivant la nécessité à la craie. Le cadran canonial est le schéma directeur de la vie paroissiale.

À partir du XVe siècle, les cadrans solaires deviennent davantage liés à la coutume : ils quittent les églises et s'inscrivent sur les édifices publics et les maisons.

L'heure au Moyen Âge : la journée du lever au coucher du soleil était divisée en 12 heures égales. En conséquence, les heures d'été étaient beaucoup plus longues que les heures d'hiver : 80 mn à la St-Jean d'été, 60 mn aux équinoxes, 41 mn à Noël.
Entre 1277 et 1300, l'horloge est inventée. Elle remplacera progressivement le cadran solaire.










Copyright © 2017. Tous droits réservés.